Une nouvelle méthode pour détecter et quantifier la transmission transgénérationnelle des effets environnementaux afin de faciliter l’adaptation des animaux aux conditions d’élevage de demain

Publication GSE, GABI (BIGE) I. David & al.

Une nouvelle méthode pour détecter et quantifier la transmission transgénérationnelle des effets environnementaux afin de faciliter l’adaptation des animaux aux conditions d’élevage de demain

Dans une étude publiée dans Genetic Selection Evolution, des chercheurs de l'équipe BIGE (Génétique Animale et Biologie Intégrative – GABI, INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Jouy-en-Josas) ont proposé un nouveau modèle identifiant la transmission d’effets environnementaux à partir de l’analyse de phénotypes et de généalogies.

D’autres sources d'information que la génétique sont transmises d'une génération à la suivante (épigénétique, microbiote, culture). Contrairement à l'ADN, l'information non génétique est susceptible d'être modifiée par l'environnement, ce qui en fait un élément clef expliquant l'adaptation des espèces sauvages aux contraintes environnementales. En raison du changement climatique, des demandes sociétales et de la transition agroécologique, les animaux d'élevage seront rapidement confrontés à de nouvelles conditions d'élevage auxquelles ils devront s'adapter.

En réponse à ce défi, de nouveaux critères sont inclus dans les objectifs de sélection génétique. Néanmoins, l'amélioration génétique d'une population est un processus lent qui ne permettra pas de répondre rapidement aux nouvelles contraintes. La prise en compte des effets non génétiques transmissibles pour la sélection des futurs reproducteurs pourrait permettre de surmonter cette difficulté en transférant à la progéniture des informations récemment acquises sur l'environnement, facilitant l'adaptation.

Pour identifier et quantifier l'impact de l'environnement sur les facteurs transmissibles non génétiques, le modèle de transmissibilité avec environnement a été développé et ses performances ont été évaluées et comparées à l’approche classique basée sur la différence de performances des lots de la dernière génération. L’approche se révèle beaucoup plus puissante avec de plus un contrôle de l’erreur de type I, ce qui n’est pas le cas dans l’approche classique.

Contact : Anne Ricard et Ingrid David
 

Voir aussi

Référence

David, I., Ricard, A. An improved transmissibility model to detect transgenerational transmitted environmental effects. Genet Sel Evol 55, 66 (2023). https://doi.org/10.1186/s12711-023-00833-y

Date de modification : 01 décembre 2023 | Date de création : 01 décembre 2023 | Rédaction : PH